Traumatisme du genou : vers une meilleure orientation du patient.

La Fondation Paul Bennetot finance une recherche réunissant dix-sept établissements, publics, mutualistes et privés. L’objectif est de poursuivre et d’améliorer le dépistage des ruptures aiguës du ligament croisé antérieur du genou. Les retombées cliniques pourraient être majeures.

L’entorse grave du genou s’accompagne fréquemment d’une lésion du ligament croisé antérieur (LCA). Une rupture du LCA peut être confirmée par des gestes réalisés par le médecin. Mais ils sont souvent impossibles à effectuer sur un genou endolori par un traumatisme récent. Les praticiens doivent alors utiliser l’imagerie par résonance magnétique (IRM).

« Une entorse du genou mal soignée peut avoir de graves conséquences. D’où l’importance du dépistage » explique le professeur François-Xavier Gunepin, coordonnateur de l’étude, chirurgien-orthopédiste à la Clinique Mutualiste de la Porte de l’Orient (Lorient) et membre de la Société francophone d’arthroscopie.

Le projet vise à construire et valider un score de dépistage fonctionnel fiable dans les ruptures du LCA en période post-traumatique immédiate. L’étude sera menée pendant deux ans et inclura 380 patients.

L’objectif final est d’orienter le parcours du patient dès les urgences et ne solliciter un avis spécialisé et une IRM que pour les seules personnes présentant un risque réel de rupture. C’est un élément important de valorisation clinique et organisationnelle des soins d’urgence. A terme, cela représente un bénéfice économique potentiel par rapport à la réalisation systématique d’une IRM et permettra de dédier l’imagerie aux seuls patients qui en ont vraiment besoin.

Publié le 11.01.2017
Toutes les actualités
Retour en haut de page